Silent Hill 2 (2001)

Loin d’être une vraie amatrice de jeux-vidéo, il y en a pourtant un qui me hante perpétuellement : Silent Hill 2.

Deuxième opus d’une franchise née en 1999 et (plus ou moins) morte en 2015, on y joue James Sunderland, qui après avoir reçu une lettre de sa défunte femme, part pour Silent Hill avec l’espoir irrationnel de la retrouver.

Un jeu d’horreur très bon, certes, mais il y en a des dizaines et des dizaines d’autres, alors pourquoi est-ce que celui-ci m’obsède ? Cette question m’a mené à une hypothèse : plus qu’un jeu-vidéo, Silent Hill 2 est un jeu cinématographique.

En effet, Silent Hill 2 adopte beaucoup de codes cinématographiques, autant dans sa mise en scène que dans son ambiance.

Bien entendu ce n’est pas le seul. L’évolution du jeu-vidéo a fait qu’un rapprochement a eu lieu avec le 7e art. Jusque dans le vocabulaire, un mot aussi simple que « cinématique » évoque cette influence. Et pour cause, dès lors que le jeu-vidéo a pu proposer des récits plus complexes, il semble qu’il s’est fortement appuyé sur le cinéma,  modèle audiovisuel par excellence.

Cependant, l’influence n’est pas unilatérale. Le cinéma tire beaucoup de l’art du jeu-vidéo également, que ce soit avec de simples adaptations, ou de façon moins directe dans des films comme Scott Pilgrim vs. the World ou Tron, exploitant l’esthétique et l’univers du jeu-vidéo. Ainsi, bien que les adaptations de jeux aient la réputation d’êtres des ratés systématiques, le mélange du 7e et du 10e art nous offre parfois des « films vidéo-ludiques » très intéressants.

Mais pour en revenir à Silent Hill 2, cette infusion dans le cinéma aura permis la création d’une réelle identité, construite sur des influences et des inspirations diverses, parfois référencées explicitement. Etant donné qu’il existe déjà un nombre incalculable de sites et forums dressant la liste des inspirations que le jeu a pu tirer de différents films, je ne vais pas en faire une énième, d’autant plus que ce n’est pas ce qui m’intéresse ici.

On trouve dans Silent Hill 2 des reflets au cinéma plus diffus. En effet, le jeu semble osciller entre horreur psychologique (influencé principalement par L’Echelle de Jacob et le travail de David Lynch); et thriller (tirant inspiration de films de David Fincher notamment).

La « photographie » et la mise en scène du jeu donnent également l’impression de se trouver dans un film noir des années 40, avec des lumières low-key, une image très dé-saturée et du brouillard, d’autant plus que le scénario mélange traitement figuratif de la psychologie des personnages, enquête et personnage de femme fatale, comme ces films de l’ère classique d’Hollywood en avaient l’habitude.

Bien évidemment Silent Hill 2 tire son inspiration d’autres formes d’arts, tel que la littérature, la peinture, le manga, le spectacle, etc. mais étant cinéphile, et surtout joueuse néophyte, ce sont les nombreux aspects cinématographiques qui m’ont donc particulièrement touché.

Pour autant, ce serait discréditer une trop grande partie de l’équipe de création de ce jeu génial que d’en parler comme d’une oeuvre cinématographique : Silent Hill 2 regorge bel et bien de codes cinématographiques, mais il reste un jeu-vidéo. Il n’oublie pas la spécificité des médias, et offre un très bon gameplay, rendant les parties de jeu tout aussi captivantes que les cinématiques, surtout pour les novices.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s